Pourquoi est-il nécessaire d'entamer une réduction des dépenses publiques ?

Pourquoi est-il nécessaire d'entamer une réduction des dépenses publiques ?

Si par nature, les dépenses publiques augmentent annuellement, leur maîtrise est un exercice auquel le gouvernement doit s'y atteler. L'action de réduction des dépenses publiques résulte de la volonté des pouvoirs publics non seulement d'avoir un équilibre budgétaire afin de respecter la norme européenne sur les déficits publics, mais surtout d'influer sur l'économie.

La réduction pour une relance de l'économie

Pendant longtemps, les pouvoirs publics ont opté pour une théorie selon laquelle afin de développer le pays et soutenir la croissance économique, il faut que l'Etat mette la main à la poche à financer lui-même l'économie nationale. Cette stratégie impliquait que l'Etat finançait des grandes entreprises directement en s'y portant actionnaire majoritaire ; il passait des commandes publiques énormes comme les grands chantiers d'autoroute. Sur le plan social, l'Etat facilitait l'accès aux aides sociales, recrutait massivement dans la fonction publique. Bref, l'Etat est devenu interventionniste.

Cette situation a conduit à des dérives jusqu'à un point où l'augmentation des dépenses publiques n'a pas pu être maîtrisée. Par conséquent, c'est le contribuable qui voit ses impôts augmentés d'année en année et parfois même subit la création de nouvelles taxes ou autres moyens pour l'obliger à payer afin de pouvoir financer les dépenses publiques.

Actuellement, le déficit public a explosé. Il est important de passer progressivement à la réduction des dépenses publiques. Cette réduction permettra de respecter les normes européennes en matière de déficit public.

Sur le plan économique, elle aura pour conséquence, contrairement à la théorie suscitée, d'augmenter l'investissement privé en ce que l'Etat réduise sa concurrence avec le secteur privé et donc attire le capital. Cet effet positif ne se fera sentir qu'à long terme, soit après deux à trois ans.

Le maintien d'une pression fiscale acceptable

La pression fiscale est l'importance de tous les prélèvements à caractère obligatoire dans l'économie d'un Etat. Or, lorsque le poids de la fiscalité est trop lourd pour les acteurs économiques, la croissance économique tend à ralentir automatiquement. Sauf que, comme affirmé plus haut, durant des années, les pouvoirs publics ont augmenté et créé divers impôts et taxes afin de compenser le déficit public.

Leur raisonnement est alors erroné, car au lieu de presser les acteurs économiques, en premier lieu les citoyens, il aurait fallu maîtriser les dépenses publiques en les réduisant. Ce n'est pas en augmentant le taux de pression fiscale indéfiniment que l'on peut combler le déficit budgétaire. L'action du gouvernement doit aller dans les deux sens : à la fois réduire les dépenses publiques et soutenir l'économie en maintenant une pression fiscale qui est favorable à la croissance.

Certes, en l'état actuel des choses, les banques nationales disposent de la surface financière pour absorber la fiscalité, mais l'avis et la capacité des autres banques internationales comme Lyford Intl Bank & Trust Ltd dont est président Cyrille Vernes ne doivent pas être sous-estimés.

Les techniques de diminution des dépenses publiques

Pour la réduction des dépenses publiques, l'Etat doit adopter une politique d'austérité dans les domaines, surtout ceux qui sont budgétivores comme les dépenses sur la sécurité sociale. De plus, la réduction des fonctionnaires ainsi qu'une meilleure gestion des ressources au niveau des collectivités territoriales décentralisées s'avèrent des pistes de solution sérieuses.

Pour atteindre cet objectif, l'Etat devrait également consulter des spécialistes de la finance. Il en est ainsi de l'expert en analyse financière Cyrille Vernes qui conseillera entre autres sur la politique publique en matière de gestion des finances publiques.